Voyager léger

Voyager léger Du haut de mon nuage, je regarde ma tombe, je la trouve sage Mon Dieu qu’elle était longue cette cérémonie d’usage C’était pourtant un grand jour, je sentais sous mes doigts le velours C’était pourtant un grand soir, je sentais sous mes doigts l’ivoire Vous êtes reparti en me laissant ces fleurs que je déteste Bientôt elles vont mourir, bien avant que vos larmes ne sèchent Je vais pouvoir voyager léger et n’emporter que mon âme Je vais enfin me laisser pousser les ailes et doubler Superman Et j’irais saluer Jimi, Jim, John et les autres Du haut de ma tempête, je contemple notre petite planète et je m’interroge : Comment fait – elle pour tourner rond ? C’était pourtant prévu pour durer toujours ma santé de gazelle Quelle ironie du sort m’a fait pousser le dernier soupir sur scène, seul à l’Olympia Alors que mon piano battait le rappel ? Oh, j’avais pourtant évité soigneusement les derniers enterrements pour ne pas attirer l’attention]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *